Pourquoi vous avez besoin de la troisième dose : après 6 mois, la protection contre les infections tombe à 50 %

0
Rate this post

Les nouvelles données de l’Institut Supérieur de la Santé rappellent la nécessité de réaliser une troisième dose dès 6 mois après la dernière injection

  • De nouvelles données confirment la nécessité de se protéger avec la troisième dose après 6 mois.
  • C’est celui que vient de publier l’Institut supérieur de la santé où pour la première fois l’efficacité du vaccin est enregistrée avant et après 180 jours à compter de l’injection.

En fait, dans le tableau élaboré par l’ISS, le bouclier du vaccin contre l’infection – c’est-à-dire la possibilité d’être infecté – chute en moyenne de manière significative après 6 mois, c’est-à-dire à 50,2 %, alors qu’avant 6 mois à compter de la dernière dose, la protection contre les infections est au contraire (toujours en moyenne) de 75,7%.

La protection contre les formes sévères reste élevée

Les nouvelles données de l’Institut supérieur de santé réaffirment la nécessité d’effectuer une troisième dose dès 6 mois après la dernière injection, notamment pour se protéger de l’infection alors que le bouclier contre les formes plus graves qui entraînent une hospitalisation reste toujours élevé. .

Selon ce nouveau tableau, en effet, après 180 jours, la protection contre l’infection (c’est-à-dire contre la contagion) chute à 50,2 % (avant 6 mois elle est en moyenne de 75,7 %), mais la protection contre la « maladie grave » reste élevée, c’est-à-dire la risque de se retrouver à l’hôpital, qui à nouveau après 6 mois est de 82,1 % (avant 6 mois, il est de 91,8 %).

La protection contre les formes sévères reste élevée

“Après 6 mois à compter de la fin du cycle de vaccination – avertit l’ISS – il y a une forte diminution de l’efficacité de la vaccination dans la prévention des diagnostics dans tous les groupes d’âge.

En général, sur l’ensemble de la population, l’efficacité de la vaccination passe de 76% chez les vaccinés avec un cycle complet en six mois par rapport aux non vaccinés, à 50% chez les vaccinés avec un cycle complet en six mois par rapport aux non vaccinés ».

La baisse la plus importante concerne les personnes âgées

Bref, les données de l’ISS montrent qu’il y a une très forte baisse pour les infections, alors qu’elle est plus contenue pour le covid dit « sévère », qui regroupe hospitalisations, réanimation et décès.

“En cas de maladie grave – poursuit l’ISS – la différence entre les vaccinés avec un traitement complet pendant plus et moins de six mois est plus petite.

En fait, on observe une diminution de l’efficacité de la vaccination d’environ 10 points de pourcentage, puisque l’efficacité pour vaccinés avec un cycle complet depuis moins de six mois est égal à 92% par rapport aux non vaccinés, alors qu’il est égal à 82% pour ceux vaccinés avec un cycle complet depuis plus de six mois par rapport à ceux non vaccinés ».

être vu dans tous les groupes d’âge, mais statistiquement il est plus important pour les personnes âgées, car nous sommes encore dans une phase où la grande majorité des personnes vaccinées depuis plus de 6 mois (environ 1,8 million), et les quelques personnes qui ne sont pas âgées sont ceux qui ont été vaccinés en premier : ils sont donc soit très fragiles, soit appartiennent à des catégories particulières, comme les agents de santé, qui sont plus à risque de contagion.

Ce n’est pas un hasard si la protection contre la contagion chute à 39,6 % dans les années 60-79 tranche d’âge et 41,9 % entre 40 et 59 ans, alors qu’avant 6 mois la protection contre l’infection est de 71,9 % pour ces deux tranches d’âge.

Entrées similaires: